lundi 8 décembre 2008

ZORN, Anders

Anders Zorn est né le 18 février 1860. Son père était un brasseur de bière et connu sa mère, du fait qu'elle avait un travail saisonnier dans une brasserie. Il ne l'épousa pas mais reconnu la paternité de l'enfant issu de leur rencontre. Il mourut sans connaître son fils en 1872. Ses grand-parents l'élevèrent. Il fréquenta une école de Enköping dans le comté d'Uppsala en Suède à 12 ans et à 15, il entra à la Royal Academy of Art de Stockholm. Il démontra d'abord son talent en sculpture sur bois mais eût tôt fait de s'intéresser à l'aquarelle, la peinture et la gravure, desquelles il créa 289 plaques au long de sa carrière. En 1880, il soumis le portrait d'une enfant en deuil lors d'une exposition étudiante qui propulsa sa réputation et lui généra de nombreuses commandes. Entre 1881-1885, suite à la rencontre de celle qui deviendra sa femme, il étudia en France et en Espagne afin de s'assurer la capacité de générer un revenu pour sa future famille, conséquemment sa technique évolua grandement. Il épousa Emma en 1885 et les onze années qui suivirent, il les passa principalement en Angleterre et en France, mais revenaient tous les étés en Suède. La première année de son mariage vît ses aquarelles atteindre maturité et maîtrise qui lui valurent une solide réputation. En 1887, il entreprit sérieusement de peindre à l'huile. De 1889 à 1894, il composa des oeuvres relatant la vie de son village qui lui assurèrent la renommée à Paris. Bien que ce soit son talent de portraitiste qui le porta aux nuées de la réussite, en 1891, il emménagea à Paris et se concentra sur les nus extérieurs qui faisaient sa réputation. Subséquemment, il fit sept voyages aux États-Unis pour remplir des commandes de portraits dont trois de présidents américains. En 1896, il revint à sa Suède natale. Très attachés aux gens de Mora, lui et sa femme créèrent des organismes pour l'initiation à la lecture, une bibliothèque, un établissement d'enseignement secondaire, un foyer d'accueil pour les jeunes. Très malade dans les dernières années de sa vie, il mourut le 22 août 1920. Sa femme lui survécut de vingt-et-un ans. Elle déploya ses énergies à ériger un Musée à la mémoire de son mari tout en maintenant les actions bénévoles envers la ville de Mora et ses habitants. Elle mourut le 4 janvier 1942.

Il m'est arrivé à quelques reprises lorsque j'étais petite de croiser par inadvertance des gens qui se rencontraient chaleureusement, illicitement, clandestinement dans un champ, un bois, ou un parc, sans comprendre la surprise, les rires étouffées, les excuses, les mouvements rapides vers leurs vêtements éparses ou encore pendouillants deci delà à un bras, une jambe... mais je n'ai jamais perçu de honte. Je n'y voyais rien non plus, habituée à la nudité qui était une «denrée» quotidienne dans l'entreprise de conditionnement physique de mes parents. Dans ma famille élargie, plus catholique que le pape peut-être, tout était tû, caché, nié, réprimandé et fait derrière des portes closes sans un bruit, à la noirceur... Nous ne pouvions en parler ni l'évoquer mais nous ne devions surtout pas être complexées de notre corps... Messages mixtes complexes à démêler. Cela me fait observer qu'il y a longtemps que j'ai surpris quiconque... Tout est ouvertement là, à la vue et au su de tous, ou tout est monneyé, plus rien de vraiment intime dans la nature... du moins, en ville!



2 commentaires:

gravityx a dit…

Wouaaah! Quel beau boulot!

Je suis réellement impressionné, et me demande où vous avez pu obtenir les documentations.

Je me suis permis de vous citer dans notre mini-encyclopédie (créé par des gosses (plutôt ados, pour des gosses, et moins gosses, il y a certains articles où il faut s'accrocher!)

Si vous voulez découvrir leur passion: Anders Zorn

Il n'y a pas que de la peinture, il a des poissons, des plantes, etc...
La Bacopa

En tout cas, félicitation !

endy smith a dit…

I will use this information for my research. The paper writing service can help you with the writings.